Brignais.com Brignais.com
-

Tous ensemble pour Brignais / Tribune de mars 2018




DEPLACEMENTS : SORTONS ENFIN DE L’IMMOBILISME !

Le rapport du Conseil d’Orientation des Infrastructures a considéré le projet de l’A45 comme « non prioritaire ». Cet avis marque un nouveau point d’arrêt après des années de procédures. Le temps des hésitations a finalement rendu obsolète la réflexion car deux grands enjeux sont apparus depuis : l’un environnemental, l’autre financier.

Si la liaison entre les deux métropoles lyonnaise et stéphanoise est nécessaire, elle doit désormais s’apprécier dans un contexte général qui évolue avec la multiplication des modes de déplacements et la recherche d’une neutralité environnementale.

Si sur ces grands dossiers notre pouvoir de décision est limité, nous pouvons cependant émettre des vœux, défendre les intérêts de notre territoire et évaluer les répercussions des aménagements sur notre cadre de vie. L’A 45 avait le mérite de proposer une solution à un réel problème de desserte, mais aboutissait à des situations de saturation déjà existantes : nœuds des 7 chemins, de Pierre-Bénite, déclassement de l’entrée de Lyon en boulevard urbain...

Au quotidien, nous avons besoin de solutions de mobilité. C’est une question devenue aujourd’hui prioritaire. Appréhendons ces dossiers de manière plus globale, en intégrant la multiplicité des modes de transports, les changements sociétaux : ferroviaire, co-voiturage, autopartage, modes doux, coopération entre acteurs privés et publics, solutions innovantes…

La tâche est compliquée et le contexte financier peut rendre les objectifs difficilement conciliables : localement nous avons subi une baisse de l’offre de transports à l’heure où l’habitant est invité à ne plus prendre sa voiture… Ce paradoxe illustre bien la complexité du dossier.

Projetons-nous dans un avenir ouvrant de nouvelles perspectives de mobilités vouées à se développer si nous souhaitons préserver notre environnement. Ne soyons pas contraints demain de subir ou de choisir des solutions qui n’en sont pas. Sortons de l’immobilisme sur ces dossiers ! C’est la politique transport sur le territoire français dans son ensemble qu’il faut revoir et l’Etat doit prendre conscience de son rôle prépondérant dans ce domaine. Souhaitons que la future loi d’orientation issue des récentes Assises de la mobilité réponde durablement à cet enjeu.

06/03/2018
Lu 92 fois